Out On Fortuna Records : Turkish Hits and Soul Of The East

fortuna recordsNous inaugurons ici un nouveau type d’article, pour défendre des labels et des initiatives dont nous nous sentons proches (la catégorie « News & Reissues »). Aujourd’hui, deux 45 Tours sortis sur le tout nouveau label Fortuna Records de Tel-Aviv. A l’origine de ce projet, Maor Anava, dont le but est de ressortir des pépites psychédéliques sorties en Israël et des Grooves moyen-orientaux, tout simplement. 

Les deux disques en question sont assez différents, le premier de la chanteuse Tsvia Abarnabel étant du Jazz Yéménite.

On apprend que Aharon Amram, le plus grand nom de la musique Yemeni de l’époque, introduit la guitare électrique, la basse, l’orgue Farfisa et la batterie dans les rythmes yéménites, ordinairement joués à la main sur des bidons d’huile d’olive ! On peut encore créditer sur ce disque la présence d’Albert Piamenta aux arrangements et à l’orchestre, l’homme du son Jazz-Funk en Israël.

Le second est signé Nino Nikolaidis, dont je vous fait écouter ici la face Kiryakos 76 : 

En dépit d’un nom aux consonances plutôt grecques, il nous présenté comme turc. C’est typiquement le genre de morceaux que l’on aime, sorte de Belly Dance furieuse avec des claviers Farfisa et une guitare électrique folle, qui peut rappeler la modernité d’Omar Khorshid au Liban, et quelques disques instrumentaux du Moyen-Orient au même moment (Syrie, Egypte, Turquie).

Les deux disques sont disponibles en 45 Tours, en pressage japonais de qualité.

Merci à Maor Anava et longue vie à Fortuna Records !

———- English version ———-

Today we inaugurate our new section in this blog, « News & Reissues », in order to defend and promote  iniatives & labels that we feel close to. So, here are two brand new 7 inches out on Fortuna Records from Tel-Aviv. The owner is Maor Anava, whose aim is to reissue psychedelic nuggets which were issued in Israël, as well as Middle-Eastern Grooves in general.

Each record is quite different, the first one, from singer Tsvia Abarnabel , being Yemeni Jazz.

« The biggest name of the time was the innovative Aharon Amram, who was the first to introduce electric guitars, bass, farfisa organs, and drum kits to traditional Yemeni rhythms, conventionally played by tapping fingers on an olive-oil tin can. Tsvia Abarbanel and ‘Piamenta’s Guys’ took a few steps ahead into the unexplored territory of Yemenite jazz. » We can also credit Albert Piamenta as arranger and orchestra lead, who seemed to be the key-man of Jazz-Funk sound in Israël.

Second one is from Nino Nikolaidis, and here is the side called Kiryakos 76. 

Despite a Greek sounding name, he is presented as Turkish. It is typically the kind pof flavor we love here, a kind of furious Belly Dance with Farfisa keyboard and mad electric guitar, which recalls the modernity of Omar Khorshid in Lebanon, and some Middle-Eastern intrumental records from Syria, Egypt or Turkey. 

Both records are available on 7″, solid japanese press.

Thanks to Maor Anava & long life to Fortuna Records

Cet article, publié dans News & Reissues, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Out On Fortuna Records : Turkish Hits and Soul Of The East

  1. detournel dit :

    bonjour
    le titre de Nino Nikolaidis est excellent et si je peux me permettre ca me ferait plus penser à un rebetiko complétement spyché qu’autre chose, genre d’Imam Baildi avant l’heure.
    amicalement

    • Phono Mundial dit :

      C’est vrai, j’ai occulté le côté grec de la chose et le son du bouzouk … Mais le jeu des claviers me rapelle les productions belly des pays que je cite. Merci Hervé d’être passé !

      • Phono Mundial dit :

        alors, en cherchant un peu plus, j’ai appris par Victor kiswell que nino nikolaidis était un guitariste grec et que ceci est sorti sur Koliphone, gros label israëlien.
        mais comme kiswell le notifie, il y a un son « à la turque » dans la production.

      • detournel dit :

        hé bien justement le genre rébétiko est ou du moins était écouté aussi bien en turquie ( rébétika) qu’en grece, mais la naissance de ce genre musical se situ bien en grece

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s